Women on Earth
Connectez-vous !
e-Mail
Mot de passe OK
Se souvenir de moi
Mot de passe oublié ?

Vous n'êtes pas inscrit ?

Create !

Bienvenue sur WE ! write

La tribune de Women on Earth.

Réflexions, opinions, témoignages, récits, poèmes, histoires personnelles, billets d'humeur ou d'humour... WE ! write est un espace de lecture et de publication pour toutes les femmes ouvertes d’esprit, curieuses et naturellement en... verve.

Parcourrez La Collection…

Publiez vos propres textes !

Tout lire...
WE! write
Eve Mongin
Perugia, Italie - Française

Articles
La pause-déjeuner en péril ?

Vous avez peut-être remarqué que, comme dans tout pays latin qui se respecte, l’Italie (presque) tout entière marque une vraie pause à l’heure du déjeuner. La très grande majorité des magasins ferme à 13 heures, les bureaux et les rues se vident, une étrange quiétude s'installe.
Les habitants du pays du Slow Food, qui en général avalent un petit-déjeuner très symbolique, prennent en revanche le temps de se sustenter avant de regagner leur travail.

Le déjeuner se prend, quand c'est possible, à la maison (les enfants sortent de l’école à 13 heures pour ne plus y revenir), au restaurant ou dans une pizzeria (25% des cas), au bar ou à la tavola calda (18%), sur le lieu de travail (18,5%) ou dans les (rares) cantines d’entreprise. Les fast food, qui sont fréquentés par moins de 3% des Italiens à l'heure du déjeuner, et les restaurants "ethniques"par seulement 1,6%, ne sont toujours pas une habitude ancrée dans les mœurs transalpines, les Italiens continuant à les snober superbement (post précédent).

Bref, une tradition plutôt saine, jamais remise en cause et à laquelle je m'adonne avec plaisir quand mon emploi du temps me le permet.

La stupéfaction n'en a donc été que plus grande et les réactions particulièrement incrédules quand le ministre chargé de "la mise en œuvre du programme gouvernemental", Gianfranco Rotondi, pas vraiment un habitué des gazettes, a jeté un petit pavé dans la mare en commentant les résultats du rapport du projet "Food" créé par l'Union Européenne sur les habitudes alimentaires des salariés à l'heure du déjeuner (dont les pourcentages que je viens de citer sont extraits).

Le Ministre n’a en effet pas hésité à proclamer que "la pause déjeuner est une nuisance pour le travail mais aussi pour l’harmonie de la journée, un rituel qui bloque toute l’Italie, les heures les plus productives étant celles auxquelles on part déjeuner…". Mr Rotondi qui affirme sauter le déjeuner depuis des années et très bien travailler pendant cette plage horaire, a cité comme "exemple" les États-Unis, le Royaume Uni, la France, l'Allemagne, où l’on mange en émiettant son sandwich sur son clavier d’ordinateur ou debout entre deux portes.

Les réactions ne se sont pas faites attendre et les démentis embarrassés du Ministre qui a été obligé d'admettre qu'il n’entendait pas "remettre en cause les droits légitimes des salariés" n’ont eu que peu d'effet sur le chœur de voix indignées qui se sont élevées. Les représentants des syndicats se sont fendus de remarques acides sur le temps de travail et la "productivité" d’un parlementaire, bien loin des huit heures "normales" passées dans un bureau, à l'usine ou dans un magasin, et ont rappelé que la pause concédée aux salariés est déjà aménagée en fonction des besoins de l'entreprise.

Les nutritionnistes ont évoqué la différence "génétique et culturelle" des Italiens dans leur manière de s'alimenter par rapport aux Anglo-saxons et ont insisté sur la nécessité de ne pas sauter un repas et de s’arrêter au milieu de la journée pour recharger les batteries… Sans parler des commentaires moqueurs sur la "buvette" du Parlement, où ministres et parlementaires goûtent, sans retenue et sans devoir pointer après la pause café, plats et spécialités à des prix ridicules (le plat de pâtes est apparemment à 1,50€...).

La buvette coûte semble-t-il cinq millions d'euros par an (payés bien sûr par le contribuable), comme l'a rappelé le Ministre lui-même. Mais celui-ci, dans un souci de cohérence, a suggéré de fermer purement et simplement ce lieu de perdition et de gabegie, pour éviter que, sur les trois jours de "travail" parlementaire, députés et sénateurs continuent d'y perdre trois heures en pause déjeuner. Pas sûr que ses collègues apprécient...


http://andiamo.blogs.liberation.fr/mongin/2009/11/la-pause-dejeuner-transalpine-en-p%C3%A9ril.html#more

Un blog de Libération.fr



La Collection
L'artiste au premier plan
WE! art

WE ! art
> Francesca Ferrari
Italie

Le portrait en vue
WE! face

WE ! face
> isabelle
France

L'E ! go en tête
Avatar

E ! Go
> Letizia Bianchedi
Italie

La créatrice en avant
WE! creation

WE ! creation
> Patricia Noblet
France