Women on Earth
Connectez-vous !
e-Mail
Mot de passe OK
Se souvenir de moi
Mot de passe oublié ?

Vous n'êtes pas inscrit ?

Create !

Bienvenue sur WE ! write

La tribune de Women on Earth.

Réflexions, opinions, témoignages, récits, poèmes, histoires personnelles, billets d'humeur ou d'humour... WE ! write est un espace de lecture et de publication pour toutes les femmes ouvertes d’esprit, curieuses et naturellement en... verve.

Parcourrez La Collection…

Publiez vos propres textes !

Articles
WE! write
Mon regard sur l'art

Quand on me demande : « à quoi sert l’art ? », je réponds que l’art est essentiel à nos vies, qu’il n’a pas une utilité pratique mais une fonction sociale, culturelle, universelle et humaniste. Essentiel, il est comme notre oxygène, sans lui, point d’émotions, d’énergie, de pulsations… en un mot de vie ! L’Art est générateur d’imaginaires. Si on me demande pourquoi je suis artiste, je dis simplement parce que je vis pour créer. C’est mon espace (...)

WE! write
L'or noir de la population africaine

L’énergie de la population africaine semble empêchée de jaillir. Les habitants du continent ont la même couleur que le pétrole brut que recèle leurs terres mais personne ne semble s’intéresser à voir leur vraie richesse. Nous soupçonnons que les africains pourraient contribuer à faire avancer le monde autrement que dans nos carcasses d’acier qui condamnent au stress et à la mort de notre environnement. Pendant ce temps, l’Afrique en adoptan (...)

WE! write
Roberto Saviano en bas de chez moi

Grand évènement à Pérouse à l’occasion du festival du journalisme organisé dans ma ville pour la quatrième année consécutive. De très nombreux journalistes, autochtones ou étrangers, célèbres et moins célèbres, se sont succédé pour participer à des débats-conférences sur les thèmes les plus variés (Jean Quatremer de Libé était présent), dans les magnifiques salles baroques des théâtres de Pérouse, toujours pleines à craquer. Mais un invité (de (...)

WE! write
La pause-déjeuner en péril ?

Vous avez peut-être remarqué que, comme dans tout pays latin qui se respecte, l’Italie (presque) tout entière marque une vraie pause à l’heure du déjeuner. La très grande majorité des magasins ferme à 13 heures, les bureaux et les rues se vident, une étrange quiétude s'installe. Les habitants du pays du Slow Food, qui en général avalent un petit-déjeuner très symbolique, prennent en revanche le temps de se sustenter avant de regagner leur trava (...)

WE! write
« Prends l’oseille et tire-toi »

Si "la crise" n’a pas épargné nos cousins transalpins (une famille sur quatre a du mal à arriver à la fin du mois), les Italiens conservent néanmoins le titre enviable d’Européens les moins endettés (fin 2008, le taux d'endettement était de 47% du revenu disponible, contre 140% en Grande Bretagne, 95% en Allemagne et 75% en France). Cette place d’honneur sur le podium est due en grande partie à leur méfiance atavique des achats à crédit et su (...)

WE! write
Deus ex «Macchina» à l'italienne

Ça va faire un peu cliché je sais, mais il fallait bien en parler un jour: en Italie, on aime les voitures. De luxe ou pas, vintage ou pas vintage, Fiat ou pas Fiat. Combien de hurlements hystériques ou de crises d’apoplexie ai-je provoqués en "effleurant" avec ma (vieille) portière la voiture (rutilante) de mon voisin de parking ou combien de fois ai-je été doublée sur l’autoroute par un petit bolide, à peine aperçu dans mon rétroviseur... L (...)

WE! write
LE TABOU DU FEMININ

Jacqueline Schaeffer LE TABOU DU FEMININ « On pourrait presque dire que la femme dans son entier est taboue… » S. Freud « On pourrait presque dire… » La précaution prise par Freud dans cette énonciation aurait-elle le sens de se prémunir contre les démons ou les foudres, comme s'il prenait lui-même le risque de transgresser l'objet dont il traite : un tabou ? On pourrait presque dire… qu'il ose aborder ce "continent noi (...)

WE! write
Les ensablés du XXè siècle

Les ensablés d’Éthiopie La relation entre le fascisme et les migrations a été explorée au sein de l’équipe de Pierre Milza et les travaux qu’il a dirigés sur le fascisme (notamment avec le GRIC, le Groupe de Recherche sur L’Italie contemporaine) notamment grâce aux travaux sur les migrations forcées liées à l’antifascisme. La décision de migrer a été pour les Italiens une réponse largement répandue chez les antifascistes et Paris, a symbol (...)

WE! write
Entretien avec Barbara Harrel-Bond

Le drame de la place Mustapha Mahmoud au Caire raconté par Barbara Harrell-Bond. Le 30 décembre 2005, eut lieu l’effroyable massacre, par la police égyptienne, d’un nombre de Soudanais oscillant, selon les sources, entre 27 personnes (d’après les autorités) et plus de 200 (d’après le chiffre cité « selon des témoins oculaires, la presse internationale et des organisations des droits de l’homme » par le Parlement européen). Faisant suite au t (...)

WE! write
Les réfugiés Abyssins au Caire

Mouvement et effroi Les expériences genrées des migrants forcés de la Corne de l’Afrique en exil au Caire. Les communautés de réfugiés en provenance de l’Afrique de l’Est sont les plus nombreuses au Caire. Les statistiques du Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) enregistrent, en 2002, 16 889 réfugiés statutaires. En trois ans (de 2000 à 2002) seuls 276 Éthiopiens et 98 Érythréens ont obtenu le statut de réfugié. Un nombre infime si (...)

WE! write
Les territoires Abyssins à Khartoum

Les réfugiés urbains d’origine éthiopienne et érythréenne à Khartoum se sont tellement « fondus » dans la capitale soudanaise qu’ils ne sont plus reconnaissables. Si les Soudanais arrivent parfois à identifier les origines abyssines des migrants forcés les Européens généralement ne les voient pas. A bien des égards ils sont invisibles dans la capitale soudanaise. Invisibles mais non transparents. Dès qu’une tension surgit ils redeviennent app (...)

WE! write
Le Film est un don de soi

La nécessité d’utiliser une caméra s’est manifestée dès le début de mes recherches lorsque je préparais une thèse en histoire contemporaine avec Pierre Milza sur le fascisme italien en Abyssinie. Depuis, l’utilisation de la caméra a été constante au sein de mes activités scientifiques (1996-2006). Je voudrais interroger ici cette nécessité et évoquer en quoi l’utilisation de l’audiovisuel a été au centre d’une certaine évolution méthodologiq (...)

WE! write
The Conflict in Darfur and the Western Medias

I want first of all to thank the anti-genocide coalition for inviting in Swartmore. I must thank the Ash Center of Ethnopolitical Studies in Philadelphia and Katie Ashmore. I’m really pleased to visit your campus to know more about you and your commitment against Sudan atrocities. I have also noticed that this admirable interest is not limited with Sudan but extended to other countries like Congo or Burma. Coming back recently from Tibet, I (...)

WE! write
Collecting Fine Art

Art News released in its summer issue the new 2009 list of 200 art collectors. This year Roman Abramovich the Russian billionaire has entered the top 10 in the first position. He purchased Francis Bacon's Triptych for US$86.3 million (€61.4 million) (a record price for a post-war work of art) and Lucian Freud's Benefits Supervisor Sleeping for US$33.6 million (€23.9 million) (a record price for a work by a living artist). He has also opened an (...)

La Collection
L'artiste au premier plan
Le portrait en vue
L'E ! go en tête
Avatar

E ! Go
> Marie-Jo Samper
France

La créatrice en avant
WE! creation

WE ! creation
> Ingrid Monchy
France